• Le Bûcher Un lieu de l'activisme sacré

Oser une spiritualité engagée

Oser une spiritualité engagée

“Friend” et “free” en anglais (...) proviennent de la même racine indo-européenne qui renvoie à l’idée d’une puissance commune qui croit. Etre libre et être lié, c’est une seule et même chose. Je suis libre parce que je suis lié, parce que je participe d’une réalité plus grande que moi” écrit le Comité Invisible*, s'opposant ainsi à la vision de la liberté ultra libérale et individualiste proposée dans notre société.

Même si la spiritualité est parfois une expérience solitaire, elle est avant tout une expérience de la reliance, de la découverte d’une réalité où tout est lié, tout ne fait qu’un.

Mais c’est vrai que ne faire qu’un avec quelqu’un qui a les mêmes opinions et convictions que nous, c’est toujours plus simple que de se sentir relié à quelqu’un dont la vision du monde nous fait sortir les yeux de leur orbite.

Alors parfois, pour éviter les conversations compliquées ou l’exploration d’émotions contradictoires, on sort des phrases pseudo spirituelles du type “tout est là pour une raison”, “c’est Gaïa qui se défend”, “Il suffit de vibrer assez haut pour ne pas tomber malade”.

Des phrases qui, au lieu de nous relier au monde et à sa complexité, nous séparent.

Oser une spiritualité engagée, c’est porter plusieurs perspectives à la fois.

C’est porter dans son cœur ce qui nous relie et regarder ce qui nous sépare. Lutter contre l’envie de tout spiritualiser et favoriser le lien à la personne et la curiosité sur l’envie d’appliquer une sagesse qui « résoudrait » quoi que ce soit. Prendre position malgré notre désir brûlant d’éviter tout conflit.





Alors au moment où la liberté est prônée comme LA valeur phare à défendre, comme un moyen de s’arracher au monde, de faire sécession, de faire ce que l’on veut, comme on le veut, quand on le veut, rappelons nous que “ces conceptions individualisantes de la liberté sont apparues au même moment en Europe que la chasse aux sorcières, la privatisation des terres, l’émergence du commerce transatlantique des esclaves, et la colonisation et le génocide des Amériques”.**


Oser une spiritualité engagée, c’est s’investir dans une spiritualité qui est au service du bien être collectif et pas uniquement du bien être individuel

*Le comité invisible est un groupe d'auteurs française, de gauche et anonymes.

**Joie militante, construire des luttes en prise avec leurs mondes, Carla Bergman et Nick Montgomery, éditions du commun

17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout