• Le Bûcher Un lieu de l'activisme sacré

Danser avec la complexité

Danser avec la complexité

Eté 2021. Un soir on baigne dans la béatitude d'un dîner entre amis sous les cerisiers, en mangeant les premières tomates que l'on a fait pousser soi-même et en savourant la joie retrouvée d'être dans une communauté que l'on aime. Et puis en se couchant on découvre qu'un glacier de la taille de la Floride a fondu en Arctique, que les feux ravagent des milliers d'hectares à travers la planète et que la communauté internationale a décidé d'abandonner les afghanes et afghans.

L'élastique qui nous propulse d'un côté à l'autre de notre cœur est grand et le switch rapide. Et s'il se contentait de faire des allers-retours, ce serait déjà intense en soi, mais en plus souvent, l'élastique s'emmêle. Vous savez, il s'agit de tous ces moments où nous avons fait de notre mieux, mais que notre mieux a tout de même détérioré quelque chose. Ou bien de ces choix insolvables dans notre impact environnemental et/ou humain.

Devoir choisir entre bio et local. Vivre à la campagne mais avoir besoin d'une voiture. Faire de son mieux pour se comporter comme un allié et heurter quelqu'un par nos privilèges.

Il n'existe pas de code de conduite parfaite et personne qui ne vous remettra un badge de l'humain irréprochable. Et croyez-nous, ce n'est pas faute d'essayer.

C'est complexe d'être un humain, plus encore en 2021. Alors on ne vous cachera pas qu'on se contente juste parfois de maugréer qu'on-va-aller-vivre-dans-une-grotte-si-c'est-comme-ça mais:

1 - il n'y en a pas assez pour qu'on choisisse tous la fuite;

2 - on a quand même furieusement envie de faire l'expérience de la vie.

Alors comment avance t'on avec cet imbroglio? On danse. Littéralement d'abord, et éventuellement métaphoriquement dans nos vies après. On laisse nos têtes un instant refroidir de tant de complexité et on demande à nos corps de bouger, de relâcher, de trouver l'endroit où on peut être un humain dans tous ces choix et ces questionnements. De l'endroit où on peut se poser un instant.





Et il y a quelque chose qui se passe quand on sollicite la voix et le soutien de nos corps, c'est qu'au fur et mesure qu'il trouve son mouvement et s'installe dedans, notre esprit peut s'installer lui aussi dans le mouvement, et danser avec les difficiles contradictions et les questions plus grandes que nous. Et c'est depuis cet ancrage qu'on peut continuer à avancer un pas après l'autre, tout humain perdu qu'on est.


21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout